par - - Aucun commentaire

Ce n’est un secret pour personne : les constructeurs de smartphones chinois n’ont cesse de renforcer leur présence sur le marché mondial. Cette année, les groupes Lenovo et Huawei ont ainsi gagné bon nombre de parts de marché, ce qui pose clairement une menace pour le leader du marché, Samsung. Cela n’empêche pas d’autres constructeurs de smartphones chinois moins connus de tenter également de se développer à l’étranger.

Des constructeurs de smartphones chinois se tournant vers l’international

Coolpad, un fabricant de smartphone basé à Shenzhen, prévoit par exemple de dépenser cette année des millions de dollars pour promouvoir sa marque en Asie du Sud-Est, en Europe et aux États-Unis. Une question se pose alors : pourquoi les constructeurs chinois misent sur l’étranger ?

« Le marché des smartphones en Chine est devenu saturé », nous a confié Peter Yu, analyste à BNP Paribas. « Si vous voulez continuer à croître, vous n’avez pas le choix, il faut se tourner vers l’extérieur. »

Entre 2011 et 2013, les livraisons de smartphones en Chine ont presque quadruplé, selon le cabinet d’études IDC. Les experts prévoient néanmoins que le taux de croissance annuel va drastiquement ralentir. Pendant ce temps, les ventes de smartphones sont en forte hausse au sein des marchés émergents comme l’Inde, l’Asie du Sud-Est et l’Amérique latine, où de nombreux consommateurs achètent des smartphones pour remplacer leurs vieux téléphones cellulaires. Preuve incontestable de la saturation du marché en Chine : selon IDC, 89% de tous les téléphones mobiles livrés en Chine dans la première moitié de cette année sont des smartphones. A contrario, en Inde, les smartphones ne représentaient que 28% des livraisons dans la même période.

Les smartphones à l’international, un moyen de soutenir la croissance

Pour les constructeurs chinois, l’expansion à l’étranger est un moyen de maintenir leur croissance et, éventuellement, de rendre leur entreprise plus rentable. « La concurrence des prix est trop intense en Chine », explique Kiranjeet Kaur, analyste à IDC.

Dans une récente interview, Yang Yuanqing, chef de direction à Lenovo, décrit la Chine comme le marché le plus compétitif au monde en ce qui concerne les smartphones. «Il y a énormément d’acteurs locaux, et certains d’entre eux ne sont pas du tout logiques dans la façon dont ils font des affaires. « Ils ne veulent pas faire de l’argent à court terme« , a déclaré Yang.

Lenovo, le plus grand fabricant d’ordinateur personnel dans le monde, et Huawei, l’un des plus grand fournisseurs mondial d’équipements de télécommunications, disposent déjà de nombreuses ressources pour affronter leurs concurrents mondiaux. Et il faut dire qu’ils sont en forte croissance dans les marchés émergents…

La semaine dernière, Lenovo a déclaré que ses livraisons de smartphones au cours du dernier trimestre ont augmenté de près de quatre fois en Asie du Sud-Est et six fois en Europe de l’est. Huawei a déclaré le mois dernier que ses livraisons de smartphones au premier semestre de l’année ont plus que sextuplé au Moyen-Orient et en Afrique, et près de quatre fois en Amérique latine.

Tous les constructeurs chinois ne sont pas armés de la même manière

Cependant, selon les analystes, tous les constructeurs chinois ne disposent pas des ressources nécessaires pour se développer convenablement à l’étranger. Alors que Lenovo et Huawei disposent des ressources financières requises pour commercialiser leurs produits et améliorer leurs canaux de distribution à l’étranger, d’autres fabricants avec des ressources plus limitées, comme Coolpad et Xiaomi, font actuellement face à d’importants défis.

Parmi ces obstacles potentiels, citons tout d’abord la propriété intellectuelle. Certaines entreprises chinoises, qui n’ont pas de brevets internationaux, risquent ainsi des poursuites judiciaires si jamais elles se développent à l’étranger, comme aux États-Unis et en Europe.

« En Chine, ces entreprises n’ont pas à s’inquiéter de ce genre de litiges », a déclaré Yu.

En début d’année, Lenovo a acheté des brevets mobiles liés à la firme technologique japonaise NEC. L’entreprise chinoise est également en train d’achever l’acquisition d’une division mobile de Motorola pesant près de 2,91 milliards de dollars. Cette initiative permettra à Lenovo d’accéder à de nouveaux brevets et canaux de distribution. L’éveil du dragon ne fait que commencer.

Sources :

– BNP Paribas.

– Wall Street Journal.

– Huawei.

– Lenovo.

Crédit photo : APS